Le plantain, si courant et pourtant si méconnu

Vous connaissez certainement le plantain, cette plante qui prolifère sur les chemins de campagne, les talus et dans nos jardins, sans pour autant pouvoir la nommer, ni forcément savoir quelle est comestible et très utilisée en phytothérapie.

Le plantain devrait son nom à sa particularité consistant à pousser sur les sols piétinés par les marcheurs ou à la similitude de forme du plantain majeur avec la plante des pieds, selon les sources.

 

Plante vivace de la famille des plantaginaceae, le plantain est très commun en Europe. Il existe 3 variétés particulièrement courantes en France (au total, une vingtaine de variétés existent) : le plantain majeur (plantago major), le plantain lancéolé (plantago lanceolata) et le plantain moyen (plantago media).

 

 

Plante thérapeutique

 

Déjà utilisée et reconnue comme plante thérapeutique pendant l’antiquité et le Moyen Âge, le plantain a par exemple été mis en avant par Hildegarde von Bingen. Selon elle, le plantain permettait ainsi non seulement d’assurer une bonne digestion, mais il mettait aussi de bonne humeur.

 

« Le plantain redonne joie à l’homme oppressé et, par son équilibre tempéré, il contribue à ramener la santé au cerveau et le fortifie également par son action ainsi que par sa tiédeur ».

 

Aujourd’hui, nous comprenons mieux les mécanismes qui font du plantain une plante touche-à-tout et de nombreuses études scientifiques nous permettent d’en dire un peu plus sur ses bienfaits thérapeutiques.

 

Voici une liste non exhaustive des principaux champs d’action du plantain :

  • Utilisation dans le traitement de la sphère ORL : Antibactérien, efficace contre les bronchites chronique et aiguë, il aurait des caractéristiques bronchodilatatrices. Il est donc également indiqué dans le cas des affections pulmonaires telles que l’asthme et les troubles ORL en général, comme la rhinopharyngite. Il facilite l’expectoration d’une manière générale et possède des propriétés antitussives reconnues. Il est de plus souvent très bien toléré, même chez les jeunes enfants. En Allemagne et en Hongrie, par exemple, je trouvais couramment du jus de plantain dans les pharmacies et les drogueries contre la toux. Si vous possédez un extracteur de jus, vous pouvez en préparer en hiver lorsque vous êtes malade. Vous pouvez aussi mixer le plantain dans un peu d’eau et filtrez ensuite le tout si vous n’avez pas d’extracteur. Il est en outre possible de le consommer en tisane mais vous perdrez alors une partie de ces qualités antibactériennes.
  • Astringent grâce aux tanins qu’il contient et antispasmodique, le plantain a des effets bénéfiques sur la sphère digestif avec notamment des effets contre les diarrhées.
  • Il est également très intéressant dans le cadre de la cicatrisation et de la régénération du derme. Sa teneur intéressante en zinc favorise aussi ces propriétés. Il permet également de traiter les crevasses et les gerçures. D’une manière générale, grâce au mucilage de ses graines, à ses tanins et à sa teneur en silice, il contribue à renforcer la peau que cela soit au niveau externe ou interne en chouchoutant les muqueuses. Il est ainsi calmant et apaisant dans le cas de psoriasis, d'eczéma et de neurodermite.
  • Le plantain contient des iridoïdes qui ont un rôle anti-inflammatoire démontré (notamment chez le plantain lancéolé).
  • Anti-histaminique, il apaise les démangeaisons causées par les piqûres d’ortie et d’insectes. En cas de piqûres lors d’une promenade, vous pouvez chercher du plantain à proximité. Cueillez une feuille et frottez-la pour en faire sortir le suc. Puis appliquez celui-ci sur la piqûre jusqu’à calmer la sensation de brûlure. La racine fraîche a également le même effet. Le plantain permet également d’apaiser certaines allergies et les rhinites allergiques. Hémostatique, il vous aidera aussi en cas de petites blessures en stoppant plus rapidement la perte de sang.
  • Il est aussi prescrit dans le cas d’irritations oculaires, notamment des conjonctivites.
  • Intéressant à utiliser lors d’un sevrage tabagique, il permet de nettoyer une partie des toxines accumulées dans l’organisme, améliore la respiration, modifierait le goût des cigarettes et diminue fortement la toux du fumeur.
  • Le glycoside d’iridoïde, l’aucubine, serait transformé par le microbiote intestinal en aucubigénine dont les propriétés aux effets protecteurs pour le foie et les cellules nerveuses, et les effets positifs en cas d’ostéoporose sont reconnues.
  • Enfin, il jouerait aussi un rôle en cas de fatigue et d’épuisement général.

 

Comme vous le voyez, l’utilisation du plantain en phytothérapie est donc très vaste et intéressante. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle je souhaitais vous présenter aujourd’hui le plantain. Il possède aussi un véritable intérêt culinaire.

 

 

A consommer sans modération

 

Les feuilles sont récoltées en phytothérapie au printemps et à l’automne mais vous pouvez les consommer toute l’année. Les jeunes feuilles sont tendres mais durcissent en vieillissant. Si vous avez du mal avec leur côté coriace, privilégiez donc les jeunes pousses. Vous pouvez les ajouter à vos salades ou préparer un délicieux pesto avec. Elles possèdent un léger goût de champignon très étonnant. Une soupe de plantain fait toujours son petit effet, à réaliser comme les autres soupes de légumes-feuilles (ajouter un oignon et un épaississant comme des pommes de terre ou des farines sans gluten). Vous pouvez également couper les feuilles en lamelles et les conserver grâce à la lactofermentation.

 

Exemple de recette de pesto : mélangez quelques poignées de plantain avec quelques noisettes ou noix, 1 ou 2 gousses d’ail selon votre goût, un peu de fromage, de sel, une cuillère de vinaigre et de l’huile d’olive jusqu’à obtenir une consistance crémeuse adaptée.

 

La floraison a lieu d’avril à novembre, les inflorescences ont elles aussi un délicieux goût de champignon et peuvent être consommées crues, légèrement poêlées, ou conservées dans du vinaigre.

 

Les graines enfin peuvent être récoltées en été. Ce sont elles qui contiennent des mucilages (comme les graines de lin ou de chia par exemple). Elles peuvent être utilisées par exemple pour épaissir des soupes ou mélangées à des farines de céréales pour réaliser des galettes.

 

J'espère que ces informations vous ont intéressé et vous pousseront à tester le plantain. N'hésitez pas à le goûter lors de votre prochaine promenade, vous ne serez pas déçu!

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

familles-naturos - les ruisseaux du bien-être

Tél. :  + 33 6 78 37 54 62

E-mail: familles-naturos(at)gmx.com

10D place de la république, 21700 Nuits-Saint-Georges

 

Certifiée Féna, la Fédération Française des Écoles de Naturopathie

 

Membre de l'OMNES, Organisation de la Médecine Naturelle et de l'Éducation Sanitaire