Et si le salut passait par le corps et par le mouvement?

Nous sommes nombreux à avancer avec notre tête plutôt qu'avec notre corps. À privilégier notre cerveau à l'intégralité de notre être pour entreprendre les changements que nous souhaitons voir dans notre vie. Nous commençons généralement par conceptualiser les nouvelles valeurs que nous souhaitons embrasser au quotidien avant de les mettre réellement en pratique. Notre transition vers le mieux, le mieux-être, le mieux-vivre, le mieux-aimer, se fait souvent de manière cognitive et consciente, en passant par le savoir et la connaissance, plutôt que de manière instinctive, animale et corporelle.

Or, nos expériences de vie, nos émotions, nos souvenirs ne sont pas seulement enregistrés dans notre mémoire cognitive, ils sont également inscrits dans toutes les cellules de notre corps. Notre corps a lui aussi une mémoire. Il en dispose même de différents types: mémoire personnelle, mémoire transgénérationnelle, mémoire sociétale, mémoire archaïque... Tous les événements emmagasinés dans notre corps peuvent ressurgir de manière inconsciente et incontrôlée et avoir des répercussions négatives dans notre quotidien. Ces réminiscences d'un autre temps perturbent notre mode de vie, notre santé, notre humeur en compliquant notre manière d'être en monde qui devient alors la conséquence d'une multitude de facteurs interconnectés et interdépendants.


Pour profiter de l'effet pleinement cathartique des méthodes de développement personnel, il est essentiel de faire intervenir la globalité du corps dans le travail entrepris à un moment donné ou à un autre. Si nos émotions sont enfermées dans nos cellules, nous devons les mettre en mouvement, les faire vibrer pour leur permettre de se dégager. Nous ne pourrons nous en libérer complètement que dans la corporalité.

Prendre soin de son corps, en dansant ses émotions pour les extérioriser, penser avec son corps, le toucher, le masser, vivre ses 5 sens en pleine conscience, lui redonner ses lettres de noblesse... Tout cela permet d'apaiser les tensions qui se sont accumulées en nous au fil du temps, de gérer ses réflexes archaïques, d'aider à l'ancrage. En se reliant à l'intelligence instinctive de son corps, il est alors possible de le reprogrammer pour en tirer le meilleur parti - et surtout le parti le plus sain et le plus primitif.

Différentes méthodes thérapeutiques existent, de l'EFT, la kinésiologie, à la biodanza, les techniques de rebirth... Nombres d'entre elles demandent l'aide d'un spécialiste. Mais vous pouvez parfaitement commencer à prendre soin de votre être en entier sans accompagnement professionnel. Se prendre un temps quotidien pour se chouchouter, pratiquer la pleine conscience, marcher en forêt en touchant les troncs d'arbre, en écoutant les bruits, en sentant la lumière sur notre peau, en enlevant ses chaussures et en faisant quelques pas pieds nus... De nombreuses possibilités s'offrent à vous. Une que j'aime particulièrement est la danse libre. Cette pratique a également été théorisée et donne lieu à des stages parfois assez structurés. Mais l'idée de base est très simple: vous mettez une musique inspirante et vous bougez sur celle-ci en ressentant la musique dans votre corps, sans aucune intention particulière de réussir ou non tel mouvement. Il ne doit pas y avoir de recherche d'esthétisme, de beau ou de bon. Si le mouvement vient de vous, et que vous êtes concentré sur votre corps, sur votre intérieur, alors il sera juste. Il est ainsi possible de danser, de jouer ses émotions et de se réapproprier lentement ce vecteur incroyable et merveilleux de notre être qu'est le corps humain. Et que nous avons dû mettre de côté bien trop souvent dans une société qui met l'accent quasi-exclusivement sur les réussites intellectuelles et demande à ses enfants de réprimer des émotions qu'elle juge inacceptable le plus tôt possible, parfois même dès la naissance. À force de dire aux enfants ce qu'ils peuvent et doivent ressentir, nous contribuons à couper en eux ce lien si particulier et si ténu avec eux-mêmes et à en faire, potentiellement, de futurs handicapés. Contrairement à une idée reçue encore trop répandue, on n'apprend pas seulement avec sa tête, mais on apprend avec toutes les cellules de notre corps.

Je rajouterai enfin, comme tout naturopathe qui se respecte! - la désormais célèbre phrase d'Hippocrate: que ton aliment soit ton médicament. Si vous voulez prendre soin de vos cellules, commencez par les bichonner en leur donnant une nourriture de qualité. Les nutriments que vous mangez sont les matériaux de construction de votre corps. Il ne vous viendrait pas à l'idée de construire la maison de vos rêves avec des matériaux défectueux et de mauvaises qualité! Ne faites donc pas de même avec la seule maison dont vous ne pourrez jamais vous débarrasser, votre vie durant: votre corps.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Ebook gratuit à télécharger

"Optimiser en famille les capacités d'apprentissage de nos enfants"



familles-naturos - les ruisseaux du bien-être

Tél. :  + 33 6 78 37 54 62

E-mail: familles-naturos(at)gmx.com

10D place de la république, 21700 Nuits-Saint-Georges

 


Certifiée Féna, la Fédération Française des Écoles de Naturopathie

 Membre de l'OMNES, Organisation de la Médecine Naturelle et de l'Éducation Sanitaire