Mettez de côté l'essentiel, et concentrez-vous sur le superflu!

Le conseil peut sembler extravagant tant il va à l'encontre de ce que l'on peut entendre habituellement. Quand on n'en peut plus, que l'on est épuisé, que l'on ne parvient même plus à mettre un pied devant l'autre, on a souvent tendance à se mettre en mode pilotage automatique et à en faire le minimum.


Si c'est votre cas, que vous soyez une mère de trois enfants en bas âge, un jeune papa ou tout simplement un être submergé par les responsabilités quelles qu'elles soient et débordé de travail, je ne peux que vous conseiller de suivre cette idée communément admise et pleine de bon sens: si vous n'arrivez plus à tout faire, faites-en moi. Revoyez vos priorités à la baisse et ne gardez que ce qui est strictement nécessaire pour exclure tout le reste.

 

Mais alors, où est-ce que je veux en venir avec ma photo qui prend complètement le contre-pied de mon affirmation précédente? Essentiel ou superflu? Que faut-il privilégier?

 

Quand tout va trop vite, il faut parfois savoir s'arrêter un instant pour observer ce qui se passe autour de nous et se ressourcer. Cela peut sembler contre-productif de premier abord de prendre son temps alors que le train est déjà en marche, mais il arrive parfois/souvent que ce moment de calme passager nous permette de mieux affronter le stress et la frénésie qui vont s'abattre sur nous. C'est le calme avant la tempête. À ne pas voir comme un calme annonciateur de mauvaises nouvelles, mais plutôt comme un moment de guérison et d'apaisement pour emmagasiner les forces nécessaires qui nous permettront de faire face au chaos à venir.

Et bien, entre l'essentiel et le superflu, c'est un peu la même chose.


Si je me mets à courir quand tout autour de moi accélère, je ne fais que renforcer l'agitation générale. Si je m'interdis toutes les petites choses qui pourraient m'apporter un peu de plaisir parce qu'elles me paraissent insurmontables sur le moment, je m'enfonce dans ma fatigue et mon mal-être sur le long terme. J'ajoute du grain à moudre à mon malaise. Dans un premier temps, se contenter de faire le nécessaire peut s'avérer une bonne tactique. Mais avouons-le, le nécessaire, ce n'est malheureusement généralement pas ce qui donne le sel à la vie.


Nous sommes beaucoup de parents à tenter de maintenir la barque à flots en faisant un minimum de ménage, en préparant des repas plus ou moins équilibrés qui doivent plaire à toute la famille, en courant dans tous les sens pour aller au travail et amener les enfants ici et là, puis en nous écroulant de fatigue, le soir, devant les écrans pour oublier le manque de superflu de notre journée. Une fois les enfants couchés évidemment, ce qui ne nous laisse généralement de toute manière que très peu de temps pour oublier.


À force de ne plus maîtriser sa vie, on peut facilement se laisser déborder par elle, jusqu'à ne plus l'aimer. Essayer de remettre un peu de légèreté et de futilité dans notre quotidien nous permettra de tenir sur le long terme un rythme qui pourrait rapidement, dans le cas contraire, devenir insoutenable. Parce que nos humeurs ont une influence sur notre manière de vivre, qui a elle-même une influence sur notre santé et donc sur nos humeurs.

 

D'accord, mais les journées n'étant pas extensibles, comment fait-on pour se concocter des petits moments à soi de plaisir? Une des solutions les plus simples est de relativiser sur ce qui est réellement essentiel et sur ce qui ne l'est pas. Personne n'a besoin de se laver tous les jours à moins d'avoir fait du sport ou de transpirer de manière excessive. Il est possible de préparer un repas équilibré en 10 minutes en coupant quelques légumes crus et en préparant une sauce sympa. On peut dormir dans les mêmes draps pendant très longtemps sans que cela ne soit vraiment un problème. On peut pique-niquer dans le salon pour avoir moins de vaisselle à faire. On peut mettre plusieurs jours de suite les mêmes vêtements... Tout est une question de perspective et de lâcher prise. Certains de ces thèmes sont peut-être choquants pour vous sur le long terme. Mais une fois de temps en temps, le sont-ils encore?

 

Accordez-vous des moments à vous où vous ne faites rien d'autre que de prendre soin de vous. Regardez-vous avec le même amour et la même bienveillance que vous accordez à vos enfants. Vous avez une pile de linge sale qui vous attend. Et alors! Prenez-vous du temps pour lire un magazine ou un bon roman. Partez-vous promenez en forêt ou bien mettez la musique à fond et éclatez-vous dessus! Cela peut-être 5 minutes à boire un bon café, un verre de vin ou une tasse de thé. Ou encore vous asseoir sur un banc à contempler le monde qui vous entoure. Acheter une pâtisserie au coin de la rue et la déguster en pleine conscience. Ou bien prendre le temps, le matin, de vous masser le corps avec une bonne huile végétale.


Quoi que ce soit, posez-vous et reconnectez-vous à votre moi intérieur, celui qui est immuable et ne dépend pas du chaos extérieur dans lequel vous vivez. Car lui seul pourra vous permettre d'affronter ce qui vous attend.

 

La vie est une question de balance. Si vous avez mis de côté pendant trop longtemps le superflu par peur de ne plus parvenir à assurer l'essentiel, alors autorisez-vous à inverser le courant pendant quelques jours pour reprendre des forces. Même l'essentiel peut généralement attendre quelques jours.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Ebook gratuit à télécharger

"Optimiser en famille les capacités d'apprentissage de nos enfants"



familles-naturos - les ruisseaux du bien-être

Tél. :  + 33 6 78 37 54 62

E-mail: familles-naturos(at)gmx.com

10D place de la république, 21700 Nuits-Saint-Georges

 


Certifiée Féna, la Fédération Française des Écoles de Naturopathie

 Membre de l'OMNES, Organisation de la Médecine Naturelle et de l'Éducation Sanitaire