Dame! Que c'est épuisant d'être une mère aujourd'hui!

 

Dame! Que c'est épuisant d'être une mère aujourd'hui!

 

Je ne sais pas si cela l’était vraiment moins d’être une mère hier, je n’ai pas tenté. Je pense que cela l’était plus d’être une femme en tous cas. Le temps est clément avec nous les femmes, il nous offre plus d’indépendance, de droits, de liberté. Même si nous souhaiterions parfois qu’il soit nettement plus efficace et qu’il passe la deuxième, nous ne pouvons que convenir qu’il est plus facile d’être une femme et de s’épanouir en tant que telle aujourd’hui qu’il y a une ou deux générations de cela.

 

Mais qu’en est-il du statut de mère ? Est-ce la même chose ?

J’ai l’impression que là, c’est plutôt l’inverse, que les mères d’autrefois se fatiguaient moins que les mères d’aujourd’hui. Alors, oui, nous avons gagné en confort moderne avec la machine à laver, le lave-vaisselle, les robots de cuisine et même les aspirateurs qui font théoriquement le boulot tout seul, mais nous avons tant perdu en retour que je ne suis pas certaine que nous ayons gagné en sérénité.

Si nous regardons les chiffres stricto sensu, les français ont actuellement plus de temps libre qu’il y a vingt ou trente ans. Notre temps de travail professionnel a diminué, que cela soit au niveau hebdomadaire ou sur l’échelle d’une vie avec des hommes et des femmes qui passent plus de temps à la retraite. Pourtant, parallèlement à cela, l’influence du temps de travail «familial », de la charge mentale, a flambé. Les répercussions du temps de travail ont elles aussi fortement augmenté, avec des emplois plus intellectuels, plus stressants émotionnellement, plus accaparants, et dont il est finalement plus compliqué de se détacher. Nous avons en outre enfin compris que les enfants étaient des êtres à part entière dont les besoins et les avis étaient aussi importants que les autres, et cela, c’est juste génial ! Mais cela a des conséquences: nous ne pouvons plus recourir à l’autorité classique, au « C’est comme cela et puis c’est tout, c’est moi qui décide, tu n’as pas ton mot à dire ! », nous devons trouver d’autres solutions. Et le tissu social s’amenuise, le nombre de familles monoparentales explosent, diminuant d’autant plus la possibilité de lâcher prise de temps en temps et de souffler un peu.

 

J’ai de plus en plus de consultation pour cause d’épuisement parental, de mamans qui n’en peuvent plus et n’ont plus envie de passer du temps avec leurs enfants, qui se mettent en pilote automatique et essaient tant bien que mal de garder le cap en attendant que cela explose. Et certes, je sais que le burn-out parental touche aussi les hommes, de plus en plus même. Pourtant, j’ai choisi de m’adresser aujourd’hui uniquement aux femmes parce que, dans la grande majorité des cas, ce sont elles qui trinquent en premier.

 

 

Alors, oui, je l’affirme haut et fort :

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

C’est exténuant de devoir courir à droite à gauche pour être à l’heure à l’école, au travail, aux activités extrascolaires. D’avoir l’impression d’être partout et nulle part à la fois, jamais au bon endroit et au bon moment. De ne rien faire de bien, de tout faire à moitié. D’être écartelée et de ne plus retrouver le chemin vers soi.

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

C’est fatigant de rentrer de sa journée de travail et de devoir préparer à manger, si possible avec du frais, de saison, écologique, local, bon à la santé, sans sucre ajouté, avec des légumes, des anti-oxydants, des anti-inflammatoires et qui plaise à tout le monde, tout en gérant les devoirs, les bains, les disputes et les verres d’eau qui se renversent.

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

C’est écrasant d’écouter ses enfants, encore et encore, d’être là pour eux quand il faut, quand ils en ont besoin. De passer après eux, quand il reste un peu de temps en fin de journée, quand ils dorment. S’il reste un peu de temps. S’ils dorment. De laisser leur monde envahir le leur, parce qu’il n’y a aucune raison objective d’en avoir créer deux. Sauf peut-être celle que nous ne savons plus aujourd’hui vivre avec eux H24 sans nous vider tant leurs besoins sont souvent différents des nôtres.

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

C’est éreintant de se poser des questions sur tout, tout le temps. De se demander sans cesse si ce qu’on fait est bien ou mal, si on a pris la bonne décision. D’avoir une conscience écologique, de se demander d’où viennent ses chaussures et qui les a produites, si ces oranges-là ont un impact écologique plus important que celles-ci, ou si c’est vraiment une bonne idée d’acheter une voiture électrique. De se renseigner encore et encore pour chercher la meilleure solution, ou du moins la moins pire, alors qu’elle n’existe même pas.

 

 Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

C’est harassant de se comparer sans cesse aux autres, non parce qu’on en a envie, mais par immersion plus ou moins acceptée et passive sur les réseaux sociaux. D’avoir l’impression qu’ils réussissent tout mieux que nous, qu’ils sont de meilleurs parents, qu’ils sont plus heureux. Nous sommes passés d’un entourage de quelques dizaines de familles à la vague connaissance de centaines de familles. Alors oui, celle-ci est certes tronquée et fausse car orientée, mais notre esprit ne fait pas la différence. Nous restons persuadés que les adorables enfants qui amènent le petit-déjeuner au lit pour leur maman dans une chambre immaculée sont la norme. Avec un rose dans un vase, évidemment!

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

C’est assommant de toujours devoir faire attention à soi, de répondre aux injonctions contradictoires de la société, d’être belle et en pleine forme tout en remplissant le cahier des charges de la mère parfaite, d’avoir un poids idéal, des cheveux resplendissants et brillants, une peau saine et douce tout en courant partout, d’être sexy et maternelle, d'être sportive et bonne cuisinière, d’être cultivée, intelligente mais ne pas prendre trop de place, d’être libérée sexuellement tout en étant la parfaite femme au foyer.

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

  

C’est crevant de chercher continuellement à sécuriser tout notre environnement, à se poser mille questions avant d’acheter ne serait-ce qu’un siège-auto ou une chaise haute, de ne plus oser laisser les enfants seuls à la maison pour aller faire des courses ou d'avoir peur de les laisser rentrer seuls de l’école, de devoir être là pour les protéger de tout ce qui pourrait éventuellement leur arriver, par peur de la violence du monde qui nous entoure, violence et insécurité qui nous semblent de plus en plus grandes, alors que cela n'est a priori pas le cas.

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

 C’est usant de devoir se battre toute la journée contre l’influence néfaste des écrans, de la culture mainstream qui ne nous correspond pas forcément, d’essayer de convaincre les enfants de venir se promener en forêt alors que leurs copains passent l’après-midi sur les jeux vidéos, de proposer des repas maison équilibrés alors qu’à la cantine, ils mangent pomme de terre saucisse, camembert et gâteau, de refuser les bonbons alors qu’ils en reçoivent régulièrement des adultes de votre entourage, de leur expliquer qu’il est essentiel de communiquer, de parler de ses émotions et de ses besoins, de ne pas faire usage de violence alors qu’ils se font harceler à l’école. D’avoir des notions sur ce qui est bon pour eux mais de devoir se battre contre le monde entier pour parvenir à mettre en avant nos valeurs.

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

C’est tuant de s’inquiéter pour tout, dans un monde anxiogène aux informations oppressantes, d’avoir peur de l’avenir, du covid, du chômage, des inégalités sociales, de la crise écologique, des extrémistes de tout bord, des attentats. De se demander si le monde que nous laissons à nos enfants sera encore agréable à vivre. S’ils pourront être heureux. Si tout cela valait le coup. De se dire que si nous voulons qu'ils aient une chance de s'en sortir, nous devons tout donner maintenant!

 

Dame ! Que c’est épuisant d’être une mère aujourd’hui !

 

 

 

Le monde se complexifie, se ramifie. Il n’y a plus un seul chemin à prendre, il y en a aujourd’hui des millions. Comment choisir le bon sans s’épuiser ? Comment grandir en tant que mère dans ce monde qui est si peu fait pour nous soutenir ? Quelles mesures sont réellement prises par les pouvoirs publics pour remédier à ses burn-out parentaux qui pullulent ? Comme d’habitude, l’appareil étatique est bien trop lent pour prendre la mesure du problème. Nous allons encore une fois devoir nous débrouiller par nous-mêmes.

 

Revoir nos priorités, accepter de déléguer sur certains points pour nous concentrer sur ceux qui nous importent vraiment, marcher en dehors des clous pour ne pas dépérir, s'entourer, parler, ne pas rester seule… Si cela vous parle, vous pouvez me retrouver ce mois-ci sur CELLM C'est encore loin la mer avec un dossier sur "Comment prendre soin de soi en tant que parent bienveillant". Des vidéos, des posts quotidiens qui vous accompagneront pendant tout le mois de février pour vous aider à avancer un peu vers le mieux-être.

En attendant, prenez soin de vous! Et si vous sentez que vous n'y parvenez pas seul, demandez de l'aide à un professionnel, nous avons tous une limite et elle n'est parfois pas si extensible que nous le pensons.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

familles-naturos - les ruisseaux du bien-être

Tél. :  + 33 6 78 37 54 62

E-mail: familles-naturos(at)gmx.com

10D place de la république, 21700 Nuits-Saint-Georges

 

Certifiée Féna, la Fédération Française des Écoles de Naturopathie

 

Membre de l'OMNES, Organisation de la Médecine Naturelle et de l'Éducation Sanitaire