Je fais cela pour mes enfants!

« Je fais cela pour mes enfants, pour qu’ils soient fiers de moi ! »

 

Je ne sais pas vous, mais moi, cette phrase, chaque fois que je l’entends, je suis mal à l’aise. Et je l’entends beaucoup de ce moment. Synchronicité ou choix audiovisuels contestables (mes enfants me font peut-être un peu trop regarder Koh Lanta et Ninja Warrior ! :-D), quelle qu’en soit la raison, cette petite phrase au demeurant bien anodine et ses variantes du type « Sans mes enfants, je ne serais rien! », « Ils sont toute ma vie ! » me posent question.

 

Vous le savez, un de mes plaisirs dans la vie est de chercher la petite bête un peu partout. Bon, en vrai, je ne le fais pas exprès. Mais j’aime bien remettre en perspective ces mini-riens qui nous entourent en me demandant quelles conséquences ils peuvent avoir sur notre existence. Vous savez, ces phrases qu’on entend depuis notre enfance sans vraiment y faire attention ou en les considérant de prime abord comme positives et belles parce que cela va de soit. Or, parfois, ce qui semble aller de soit, n’y va pas complètement. Et c’est là que cela devient intéressant !

 

Revenons-en à nos moutons. En quoi faire des choses pour ses enfants est-il problématique ? En quoi donner ce pouvoir à nos enfants, le pouvoir de nous motiver, de nous rendre heureux, de fournir un sens à notre existence me donne envie de tout mettre sur pause et de réfléchir calmement aux tenants et aux aboutissants qui se cachent derrière? Je crois que la réponse réside dans la question.

L’amour que nous portons à nos enfants, notre lien parent-enfant, si merveilleux, si incroyable, se doit d’être aussi inconditionnel que possible. Sans pression de résultats d’un côté comme de l’autre. Alors, oui, je vous l’accorde, c’est nettement plus compliqué que nous voulons bien nous l’avouer. Mais il n’empêche que lorsque nous mettons nos enfants en position de censeurs, même bienveillants, de notre vie et de notre raison d’être et d’agir, nous écornons un peu cette relation d’amour inconditionnel. Nous leur donnons l’impression que si nous ne sommes pas à la hauteur de nos/leurs attentes, alors nous sommes moins dignes d’être aimés. Et par extension, s’ils ne sont par à la hauteur de leurs/nos attentes, alors ils sont moins dignes d’être aimés. Nous insinuons de manière subtile que la qualité de notre lien dépend de nos faits et gestes, de nos actes et de non de nos êtres. Et cela, sur le long terme, cela fragilise la solidité de cet amour parental si fabuleux.

 

Alors ne mettons pas nos enfants en position de responsabilité quelconque vis-à-vis de nos actes. Même de nos actes bénéfiques. Être responsable du bonheur de ses parents, quoi de plus difficile à porter ! Ne leur mettons ce poids si lourd sur leurs frêles épaules. Cela les empêcherait de grandir avec la légèreté et l’insouciance nécessaires.

 

Apprenons plutôt à faire les choses pour nous et non pour eux. Relevons des défis, apprenons à nous aimer, en fonction de nos envies, de nos besoins et non des leurs. Nous leur ferons ainsi un merveilleux cadeau pour la vie et valoriserons par ricochet leur indépendance, leur autonomie et leur confiance en eux !

 

Alors ne dites plus : « Je fais cela pour mes enfants, pour qu’ils soient fiers de moi ! », dites « Je fais cela pour moi et mes enfants me soutiennent.». Et continuez à aimer vos enfants autant que vous le voulez, plus même encore, mais ne les laissez jamais devenir toute votre vie ! Ils ont droit à la leur.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

familles-naturos - les ruisseaux du bien-être

Tél. :  + 33 6 78 37 54 62

E-mail: familles-naturos(at)gmx.com

10D place de la république, 21700 Nuits-Saint-Georges

 

Certifiée Féna, la Fédération Française des Écoles de Naturopathie

 

Membre de l'OMNES, Organisation de la Médecine Naturelle et de l'Éducation Sanitaire