N'importe qui peut se mettre en colère

 

Je le vois au cabinet, gérer sa colère est une des plus grandes difficultés des parents au quotidien. Il existe trois types de parents face à la colère:

 

  • Il y a ceux qui se mettent tout le temps en colère, pour un oui ou pour un non, tellement ils ont emmagasiné d'émotions négatives en eux qui n'ont pas trouvé la sortie au bon moment, tellement ils se sentent incompris et mal dans leur peau.
  • Il y a ceux qui parviennent la plupart du temps à se retenir, qui ont déjà fait du chemin dans la gestion des émotions, mais qui explosent encore de temps en temps, souvent contre leurs enfants, lorsque la coupe est pleine et qu'ils ne se sont pas écoutés depuis longtemps.
  • Et puis, il y a également ceux qui ne se mettent jamais en colère, qui ne se sont jamais mis en colère, et qui pensent donc que ce sujet ne les concerne pas. Ce sont souvent d'anciennes petites filles sages qui ne voulaient pas déranger et se sont tellement démenées pour rentrer dans le moule pendant des années qu'elles ont fini par s'oublier. Et qui, aujourd'hui, ont du mal à exprimer leurs émotions et à accepter qu'elles ont le droit de dire ce qu'elles pensent et de continuer à être aimées.

Vous reconnaissez-vous dans une de ces trois catégories?

 

Quoiqu'il en soit, lorsqu'on devient parent, la phrase d'Aristote ci-dessus prend souvent tout son sens. Les enfants ont ceci d'incroyable qu'ils parviennent toujours à nous toucher là où cela fait mal, à réactiver nos souffrances passées que nous croyions pourtant, à tort, résolues. Ils nous font revivre puissance 10 nos traumas passés et déclenchent des réactions réflexes disproportionnées.

 

La colère est une émotion juste qui a une raison d'être: essentiellement celle de nous battre pour notre territoire et nos besoins, pour le respect de notre être. Mais elle ne devrait pas blesser les autres sans raison. Et surtout pas nos enfants, contre qui elle est souvent dirigée car ils sont dépendants de nous et qu'il est plus simple de s'énerver contre eux que contre son chef ou sa belle-mère. Les conséquences seront en tout cas moins importantes. Les enfants pardonnent si facilement à ceux qu'ils aiment. Lorsque nous nous mettons en colère contre nos enfants, il faut souvent y entendre la colère de notre propre enfant intérieur qui prend sa revanche et s'autorise enfin, pour une fois, à reprendre un peu sa place dans ses relations avec les autres. Il le fait malheureusement avec toute sa maladresse, avec violence et exagération, car c'est le seul moyen qui lui reste pour être entendu.

 

Ce n'est toutefois pas une fatalité. Il est possible de travailler sur ses colères pour les apprivoiser.

Le premier pas est de les écouter, d'écouter son enfant intérieur et ce qu'il a à dire, de ne surtout pas chercher à le faire taire.

Ensuite, un travail émotionnel est indispensable. Pratiquant l'EFT au cabinet, je recommande bien entendu celui-ci - on peut aussi faire des séances à distance - mais il en existe tellement d'autres, à vous de trouver celui qui vous convient. Et un accompagnement plus poussé peut parfois être nécessaire si vous voyez que vous stagnez sur vos problèmes. Si c'est le cas, contactez-moi!

 

En attendant, ne vous découragez pas! Le chemin est semé d'embûches mais la destination en vaut le coup!

Écrire commentaire

Commentaires: 0

familles-naturos - les ruisseaux du bien-être

Tél. :  + 33 6 78 37 54 62

E-mail: familles-naturos(at)gmx.com

10D place de la république, 21700 Nuits-Saint-Georges

 

Certifiée Féna, la Fédération Française des Écoles de Naturopathie

 

Membre de l'OMNES, Organisation de la Médecine Naturelle et de l'Éducation Sanitaire