Père Noël: oui ou non?

Je ne vais pas faire durer le suspens. J'ai toujours abordé avec mes enfants le thème de Noël et les traditions qui l'entourent pour ce qu'elles sont: un conte sympathique, attrayant, bien ficelé et non la réalité.

 

Une des raisons de ce positionnement - qui commence certes lentement à se répandre mais qui était encore assez inhabituel il y a une dizaine d'années - est certainement à rechercher dans mon propre vécu d'enfant: je n'ai pas seulement été déçue lorsque j'ai appris vers sept ans que l'histoire du vieillard à la barbe blanche n'était qu'un vaste mensonge, je me suis également sentie flouée et trompée. Ce moment fait d'ailleurs partie d'un de mes souvenirs d'enfance les plus marquants.

Mon choix a toutefois des racines plus profondes que cela. Ne pas mentir à mes enfants est pour moi une question de respect qui me tient à cœur, une sorte de fil conducteur qui me suit depuis leur naissance. Cela ne signifie pas pour autant que je n'ai pas de jardin secret. Ne pas leur mentir implique surtout d'assumer clairement les limites de ce que je souhaite leur dire ou non. Je n'utilise jamais des phrases du genre: "tu comprendras quand tu seras plus grand", "cela va te faire peur" ou "cela ne te regarde pas". J'essaie plutôt de parler de mon ressenti, de mon besoin d'intimité ou de respect de mon espace vital, et de prendre en compte leur réaction de frustration ou de désappointement potentiel sans la juger. Mais franchement, il est vraiment très rare que je ne souhaite absolument pas expliquer quelque chose à mes enfants. Je crois qu'avec les termes appropriés, tous les sujets passent et aucun ne devrait être tabouisé à cause de l'âge des différents interlocuteurs.

 

 

Dire à ses enfants que le Père Noël existe revient donc à leur mentir. Alors certes, la société considère ce mensonge comme inoffensif et mignon, mais cela reste un mensonge que nous utilisons sans vergogne, parfois par habitude, parfois par conviction, en profitant de la naïveté et de la jeunesse de nos enfants. Si nous réfléchissons pourtant un peu à la question, nous retrouvons ici les fondements de l'adultisme et de notre société patriarcale dans laquelle les adultes savent et disposent des informations qu'ils distillent aux enfants à leur convenance, selon l'idée généralement très répandue - et en partie fausse - que les adultes savent mieux que les enfants ce qui est bon pour eux. Cette manière d'entrevoir les relations entre enfants et adultes est d'autant plus répandue qu'elle fournit des bénéfices indéniables aux adultes sur le court-terme. La manipulation sous-jacente qui accompagne le mythe du Père Noël recommande par exemple aux enfants d'être sages, au moins à la fin de l'année, pour mériter d'accéder aux cadeaux convoités. Utiliser le Père Noël comme un outil pédagogique pour éduquer ses enfants est  finalement une pratique courante. Le brave homme permet ainsi de faire patienter les enfants, de les rendre plus coopératifs et plus malléables pendant les jours, voire les semaines précédant le réveillon. Mais comme toute méthode reprenant les travers des méthodes coercitives de type punitions-récompenses censées amener l'enfant à devenir un adulte responsable alors qu'elles sont basées sur un système de motivation extrinsèque, cette approche est inefficace sur le long terme. En éduquant par l'appréhension et le doute, même si cette appréhension est aussi symbolique que celle provoquée par le mécontentement potentiel du Père Noël, on rentre dans une logique ingérable obligeant à constamment provoquer encore plus d'appréhension et de doute pour parvenir au même résultat. Ce mythe sert de plus surtout à rendre nos enfants crédules. Est-ce vraiment ces valeurs que nous souhaitons leur inculquer?

 

Mais ce n'est pas parce que vous direz la vérité à vos enfants que ceux-ci ne croiront pas au Père Noël. Poussés par la société et par leur envie de croire en l'incroyable, par leur difficulté à distinguer la réalité du monde imaginaire, certains enfants pensent dur comme fer que les fées, les licornes, les lutins, les monstres, les zombies et/ou le Père Noël existent, même lorsque leurs parents leur expliquent le contraire. Mais laisser un enfant croire en ce qu'il désire sans lui répéter inlassablement qu'il se trompe et lui mentir sciemment dès tout petit n'a, selon moi, pas le même impact sur la qualité de la relation et la confiance qu'il entretient et entretiendra avec vous. Bien évidemment, une seule anicroche dans le contrat ne détruira pas définitivement la confiance que votre enfant a mis en vous - c'est vrai pour la majorité des enfants. Certains zèbres, épris de justice, pourraient avoir plus de mal à s'en remettre et à vous pardonner en toute conscience - mais pourquoi léser, sans réel bénéfice, un des fondements de sa relation à l'autre?

 

L'argument massue des défenseurs du Père Noël qui revient constamment dans ce débat est celui de la magie, de l'émerveillement et des souvenirs que ce mensonge collectif permettrait de façonner et qui seraient de fait altérer par le choix éthique et moral consistant à ne pas mentir à ses enfants. Je dois bien avouer que je ne comprends pas ce raisonnement. La magie d'un film ne dépend que très peu du scénario de base mais bien plus de la mise en scène et de la réalisation de celui-ci, de la mise en image, de la bande son, des costumes... C'est la même chose pour Noël. Ce qui rend Noël magique, ce n'est pas la véracité de l'existence du Père Noël, c'est le bonheur de retrouver les membres de sa famille, c'est l'ambiance qu'il y a autour, c'est la décoration, le soin qui est mis à habiller la maison, la préparation en amont de cette fête si différente des autres. Dans notre famille, nous fabriquons des décorations de Noël, confectionnons des plätzchen, ses gâteaux allemands de l'Avent, nous allumons des bougies tous les soirs du mois de décembre sur notre couronne de l'Avent, nous passons du temps à jouer, à danser, à chanter, nous préparons une pièce de théâtre pour le jour J, nous allons voir les illuminations, nous pensons aux autres...

Dans la version classique, les enfants sont passifs alors que lorsqu'ils peuvent être partie prenante de la fête, dès le plus jeune âge, en préparant leurs propres cadeaux, en les imaginant, en les concevant et en les créant, ils développent leur créativité, leur autonomie et leur empathie. Ils apprennent non seulement le plaisir de recevoir, mais également celui d'offrir. Un synopsis pré-écrit et repris par la société toute entière, aussi merveilleux soit-il, ne développera jamais aussi profondément l'imagination d'un enfant qu'une histoire inventée de toutes pièces par lui-même, qu'il aura le loisir de modifier et de raturer aussi souvent qu'il le souhaitera.

 

 

L'autre argument parfois avancé est que la découverte de la non-existence du Père Noël serait un rite de passage formateur permettant à l'enfant de passer du statut de petit à celui de grand. Cette tradition serait renforcée par le plaisir qu'éprouvent certains enfants, après avoir découvert le pot aux roses, à mentir aux plus petits pour les laisser dans le flou le plus longtemps possible et jouir ainsi d'une forme de supériorité du sachant. En ne leur faisant pas croire au Père Noël, on priverait ainsi les enfants de ce plaisir de faire enfin partie du camp des initiés. J'ai personnellement beaucoup de mal avec ce type d'arguments visant à perpétrer une forme d'irrespect sous couvert de tradition ou de pseudo-phase de développement jugée comme indispensable alors qu'elle n'est en réalité que culturelle. La psychologie a malheureusement trop souvent tendance à justifier des spécificités culturelles en les rendant universelles. Sans doute parce qu'il ait très difficile, voire impossible, de se détacher complètement de son propre système de croyances.
On retrouve ce mécanisme dans les phénomènes de bizutage et d'intronisations dans de nombreuses sociétés archaïques. Les rituels de passage sont des phénomènes positifs et intéressants. Mais nous avons le pouvoir de créer de nouveaux rituels de passage bienveillants et respectueux. Rien ne nous en empêche, si ce n'est peut-être notre tendance naturelle au grégarisme.

 

Alors, si vous hésitez, si vous n'êtes pas à l'aise avec cette histoire du Père Noël, ne laissez pas la société vous dicter vos choix. Noël peut être magique sans mensonge! Il suffit de s'en donner la peine.

 

Quoiqu'il en soit, profitez bien de cette merveilleuse période de l'Avent en famille. Prenez du temps pour vous et pour vos proches, pour ceux que vous aimez et qui vous aime. Le reste peut attendre.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Ebook gratuit à télécharger

"Optimiser en famille les capacités d'apprentissage de nos enfants"



familles-naturos - les ruisseaux du bien-être

Tél. :  + 33 6 78 37 54 62

E-mail: familles-naturos(at)gmx.com

10D place de la république, 21700 Nuits-Saint-Georges

 


Certifiée Féna, la Fédération Française des Écoles de Naturopathie

 Membre de l'OMNES, Organisation de la Médecine Naturelle et de l'Éducation Sanitaire